distinguer un oeuf sain d'un oeuf malade
Alimentation

Différencier l’œuf sain de l’œuf malade

Différencier l’œuf sain de l’œuf « malade » : un défi du quotidien

En 2015, quelque 15 milliards d’œufs ont été produits en France, soit environ 470 par seconde pour 46 millions de poules pondeuses. Naturellement riches en vitamines (A, D, E, B1, B2, B6 et B12) et en minéraux et oligo-éléments (acide folique, sélénium, potassium, calcium, fer et phosphore), les œufs constituent avec la viande et le poisson une excellence source de protéines complètes. S’ils sont imbattables en matière de rapport qualité-prix, les œufs restent l’un des aliments les plus sujets à la production de masse et donc aux écarts en tous genres…

Les entourloupes des producteurs d’œufs

Manger un œuf qui a dépassé depuis longtemps la date de consommation recommandée peut poser de véritables problèmes sanitaires. Et lorsque l’on sait que 25% des étiquettes qui accompagnent les œufs français sont erronées selon une enquête menée par l’émission La Quotidienne diffusée sur France 5 (2016), la question de la traçabilité de l’œuf du commerce se pose avec force.

« Les textes de loi sont relativement compliqués avec beaucoup de détails et un certain nombre d’interprétations possibles », explique Jean-Christophe Rodallec du Syndicat National des Industriels et Professionnels de l’œuf. De plus, certains producteurs affichent dans leurs emballages des photos de belles poules qui courent dans les champs alors qu’elles sont en fait élevées en batterie.

La publicité mensongère n’est pas retenue, mais l’immense majorité des consommateurs sont induits en erreur. Pour le syndicat, cela constitue « une simple erreur d’interprétation », et le subterfuge des images non-contractuelles est volontiers évoqué !

Comment différencier un œuf sain d’un œuf « malade » ?

La qualité d’un œuf dépend forcément de l’état de la poule qui l’a pondu. Une poule saine et en bonne santé doit évoluer en plein air dans un environnement sain et sécurisé qui lui donne l’occasion de picorer, de se dégourdir les pattes et de gambader à volonté sans craindre les incursions de ses prédateurs.

Elle doit pouvoir respirer l’air frais à tout moment pour que la nourriture ingérée soit assimilée correctement. Les poules en « batterie » qui vivent les unes sur les autres et qui sont confinées dans des cages exiguës ne pourront jamais pondre des œufs de qualité identique à celles qui vient dans une ferme en plein air, quelles que soient les avancées techniques du secteur agroalimentaire.

Voici quelques astuces pour juger de la qualité de vos œufs et de leur provenance :

  • La coquille : inspectez l’épaisseur et la densité de la coquille. Celle-ci ne doit pas se fissurer facilement. Si l’alimentation de la poule pondeuse est riche en vitamines et en protéines, elle pondra des œufs dont les coquilles sont relativement dures
  • La couleur du jaune d’œuf : pour savoir si un œuf est sain et propre à la consommation, son jaune doit afficher une couleur qui tend vers l’orange plutôt que vers un jaune pâle. Plus le jaune d’œuf est foncé, plus il est qualitatif
  • L’épaisseur du jaune d’œuf : si en cassant l’œuf, le jaune semble épais et possède une forme assez régulière et bien ronde, cela signifie non seulement que la poule qui l’a pondu est en bonne santé, mais aussi et surtout que vous allez déguster un œuf riche en nutriments !

Comme vous pouvez le constater, il n’est malheureusement pas aisé de juger la qualité de l’œuf avant de l’avoir cassé. Pour s’assurer de consommer de beaux œufs frais et succulents, le mieux reste encore d’accueillir un poulailler urbain (vous pouvez trouver des informations sur le site http://poulailler-info.com/) dans son jardin avec un petit cheptel de poules !

About the author

Relative Posts