éjaculation précoce
Sexualite

Comment lutter contre l’éjaculation précoce ?

Si l’éjaculation précoce est souvent le sujet de moqueries et de tabous tenaces, il ne faut pas oublier que le phénomène touche près d’un homme sur quatre.

Pour certains, cela arrive que quelques fois, mais pour d’autres, chaque rapport sexuel se déclenche par une éjaculation incontrôlable au bout de quelques secondes.

Existe-t-il un remède pour ne plus jouir aussi vite et tenir longtemps au lit ?

Si les hommes pensent de suite à une solution médicale, ils oublient souvent que des modifications de leurs habitudes peuvent faire de grandes différences.

Diminuer les stimuli sexuels tout au long de la journée

Des études ont démontré que les hommes pensaient au sexe des centaines de fois par jour.

Il est donc impossible de stopper toutes ces pensées, mais il est facile de réduire leur intensité.

Plus concrètement, si croiser une magnifique femme dans la rue et avoir une image d’elle nue est une situation que vous ne pouvez pas maîtriser, vous pouvez en revanche éviter d’aller sur les profils Facebook de toutes les jolies filles que vous voyez dans votre fil d’actualité et ne plus passer des heures à vous tordre par la fenêtre pour voir tous les fessiers des femmes qui marchent.

L’idée n’est pas d’éradiquer la sexualité de votre vie car elle est trop importante pour l’épanouissement d’un homme, mais de réduire son importance.

En diminuant vos stimuli sexuels, vous ne dites pas un adieu à votre libido, mais arrêtez d’être constamment excité.

En effet, c’est un peu comme le problème du verre que vous remplissez toute la journée. Le soir, quelques gouttes supplémentaires le feraient déborder.

Pratiquer la masturbation

Ce conseil n’est pas contradictoire avec le précédent quand il convient de traiter l’éjaculation précoce.

En effet, des pensées sexuelles et de la pratique sont totalement différentes au niveau des conséquences.

Dans le premier cas, vous arrivez parfois au lit avec une envie de jouir déjà présente alors que vous n’avez encore rien fait.

Dans le second cas, vous arrivez au contraire avec une excitation mentale toujours présente, mais moins de sperme en vous car vous avez déjà éjaculé dans la journée.

Une solution peut être de se masturber, avec vos mains ou à l’aide d’un sextoy trouvé dans un sexshop pour libérer encore plus vos pulsions sexuelles avant les situations où vous pourriez être amené à avoir un rapport.

Si vous êtes célibataire et sortez à une fête le soir, masturbez-vous dans la journée pour être plus léger durant la soirée et mieux réagir en cas de rapport avec une femme.

Des études ont même montré que cette habitude permettait de mieux draguer car vous pensez moins aux relations sexuelles possibles.

Si vous êtes en couple, anticipez les moments propices aux ébats sexuels.

Cela peut être le samedi soir, quand votre partenaire rentre de déplacement professionnel, après les règles…

De plus, la pratique de la masturbation peut vous entraîner à mieux gérer votre désir.

Quand vous sentez que vous allez jouir, stoppez. Faites l’exercice à plusieurs reprises et le jour J, vous pourrez le renouveler au lit en changeant de position au bon moment ou en réduisant votre vitesse.

Modifier ses positions sexuelles

Certaines positions peuvent vous faire jouir plus vite.

La levrette est un parfait exemple.

Ne faites ce type de positions au lit uniquement quand vous sentez que vous avez encore un peu de latitude avant l’éjaculation.

En revanche, quand la femme est sur vous et que vous ne contrôlez donc pas l’intensité et la vitesse des mouvements, vous mettrez plus de temps.

Il est aussi très important d’apprendre le rythme et la profondeur des pénétrations qui vous font jouir. Ainsi, vous pourriez changer de cadence pour réduire momentanément votre excitation.

Jouir deux fois pendant le rapport

éjaculation précoce

Cette méthode se rapproche de la masturbation avant une situation où vous pourriez potentiellement faire l’amour.

Elle marche bien quand vous êtes dans un couple uni et où votre partenaire est d’accord pour modifier un peu la routine sexuelle afin de solutionner vos problèmes de précocité.

L’idée est de jouir une première fois durant les préliminaires. Cela ne doit pas devenir un échauffement obligatoire sans romantisme.

À la place, ne freinez plus votre ardeur. Si votre partenaire tient votre sexe dans ses mains et que vous sentez le désir monter, demandez-lui d’accélérer et jouissez.

Puis, même si vous allez obligatoirement avoir une petite baisse de libido, efforcez-vous de vous y remettre rapidement.

Profitez du désir toujours présent chez votre compagne pour vous occuper d’elle. Dites-lui que vous gérez la situation et faites-lui plaisir.

Bien souvent, voir votre partenaire prendre du plaisir grâce à votre bouche et vos mains entraînera une seconde érection et une forte envie sexuelle.

Lorsque vous allez la pénétrer, alors que vous avez joui quelques minutes auparavant, vous tiendrez bien plus longtemps.

D’ailleurs, il est même possible que le problème inverse survienne et que vous ne jouissez pas durant la pénétration. Néanmoins, l’essentiel est que chacun aura pris du plaisir.

Vous ne serez plus honteux d’avoir stoppé un rapport sexuel après une minute, tandis que votre moitié ne sera pas frustrée.

Mettre un préservatif

Les préservatifs ont tendance à diminuer la vitesse d’éjaculation.

Vous êtes moins à l’aise, ne ressentez pas pareillement la chaleur et l’humidité féminines, ce qui ralentit votre excitation.

Certes, c’est moins plaisant, mais cela peut être une solution à court terme.

De plus, si vous couchez pour la première fois (ou depuis quelques semaines seulement) avec votre partenaire, le préservatif reste obligatoire pour éviter les maladies et limiter les risques de grossesse.

Certaines marques comme Durex proposent même des préservatifs spécialement conçus pour lutter contre l’éjaculation précoce.

Ils contiennent au bout du gel qui, au contact de votre sexe, limite les ressentis à chaque pénétration.

Cela réduit alors votre plaisir et donc, la vitesse à laquelle vous jouissez.

Prendre un médicament

La solution médicamenteuse arrive qu’en dernière position sur notre article car elle est rare et qu’il y a encore peu d’informations sur le sujet.

Si la précocité est vraiment un gros problème pour vous, parlez-en à un sexologue comme vous pourriez le faire au sujet de l’impuissance.

Il sera plus calé sur le sujet qu’un médecin traitant et vous n’aurez pas la même angoisse à révéler votre problème.

Le sexologue va alors travailler avec vous sur les raisons psychologiques et physiques, puis peut vous prescrire des comprimés comme le Priligy.

Ce médicament est le seul existant pouvant retarder l’éjaculation.

Il n’est pas remboursé par la sécurité sociale et ne se prend que si vous êtes majeur et jouissez en moins de deux minutes dans la majorité de vos rapports sexuels.

Le gros hic est que le comprimé ne se prend pas via un traitement quotidien.

Il faut l’ingérer entre une et trois heures avec le rapport sexuel.

Or, il est très difficile de prédire avec autant de certitudes quand vous aurez des ébats, et cela même si vous êtes en couple.

Les seules exceptions sont les dîners romantiques organisés comme pour la Saint Valentin.

En dehors de cela, le désir vient souvent en très peu de temps.

Pour en savoir plus sur le Priligy, nous vous invitons à consulter la page dédiée au médicament sur le site Doctissimo.

Avant d’envisager toute prise, parlez-en à un médecin car comme tout médicament, il existe des contre-indications et des effets indésirables.

About the author

Relative Posts